Précédent Table
des matières Suivant

Annexe B  Le cycle des quintes

Le cycle des quintes disponible à la page suivante (qui en fait n’est pas un cycle si on considère les harmoniques naturels) est une représentation des notes : si on le parcours dans le sens des aiguilles d’une montre, on est dans le sens des quintes descendantes. Ce sens correspond

L’autre sens, celui des quintes ascendantes, correspond à l’ordre des dièses à le clef.

Il y a en fait un saut entre G♭ et B, qui ne sont à une quinte d’intervalle qu’enharmoniquement. On est forcé de faire un tel saut quand on représente le cycle des quintes…

Le cycle des quintes mesure aussi la «distance» entre 2 tonalités. Deux tonalités sont d’autant plus éloignées en terme de notes communes qu’elles sont éloignées sur le cycle des quintes.

On peut également remarquer que deux notes aux antipodes sont à un triton l’une de l’autre. On peut donc aussi utiliser ce cycle pour repérer les substitutions tritoniques quand on n’a pas l’habitude.

Le cycle des quintes est aussi une séquence de travail de la première importance. En effet, dans les standards, l’harmonie évolue souvent en suivant ce cycle. Quand vous avez quelquechose à travailler dans les douzes tonalités (c’est-à-dire quand vous avez quelquechose à travailler tout court…), faites-le (entre-autres) en suivant le cycle des quintes pour vous le mettre dans les doigts.


Précédent Table
des matières Suivant